mideast crisis syria israel 1 0Des missiles israéliens ont été lancés dans la nuit de mercredi à jeudi sur le territoire syrien après que des tirs de roquettes iraniennes ont atterri sur la partie du Golan occupée par Israël. Puis des explosions ont été entendues à Damas, dont l'espace aérien a été massivement survolé.

Enfin, de nouvelles frappes israéliennes ont été interceptées par les batteries anti-aériennes syriennes. Aucune victime n'est déplorée. Israël ne cherche pas «l'escalade» militaire avec l'Iran indique un porte-parole de l'armée.

Retour au calme ce jeudi matin en Israël, après une nuit de tirs croisés de roquettes et de missiles dans le ciel de la Syrie dans la nuit.

« S’il pleut chez nous, chez eux ce sera le déluge. » C’est la menace imagée exprimée ce jeudi matin par le ministre israélien de la Défense, rapporte notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul. Avigdor Libermann indique qu’Israël a touché pratiquement toutes les infrastructures iraniennes en Syrie. L’Iran, affirme-t-il encore « essaie de mettre en place une nouvelle frontière ». Ce que l'Etat hébreu « ne permettra pas ».

Selon le porte-parole de l'armée israélienne, des éléments de la force al-Qods des Gardiens de la révolution en Syrie ont été très durement touchés et il faudra du temps aux Iraniens pour se ressaisir. De même source on indique qu’aucune roquette - sur les 20 qui ont été tirées - n’a touché le côté israélien de la frontière, et que quatre engins ont été interceptés.

De son côté Israël, toujours selon le porte-parole, aurait attaqué et touché 50 objectifs en Syrie. Des entrepôts logistiques, des bases militaires, des postes d’observation, un dépôt de munition iranien à l’aéroport de Damas, ainsi que la batterie d'où ont été tirées les roquettes iraniennes, qui aurait été détruite. En Israël on indique que la Russie a été informée de cette attaque de grande envergure. Rappelons que hier le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu s’est rendu à Moscou pour un entretien avec le président Poutine. C’est la première fois depuis le début du conflit en Syrie que l’on assiste à une confrontation directe de ce type entre Israël et l’Iran.

Les Israéliens ont ordonné l’ouverture des abris publics dans le secteur du Golan et interdit les rassemblements de plus de mille personnes. Mais ce matin les écoles sont ouvertes sur le Golan. Un éditorialiste du quotidien Yediot Aharonot parle ce matin de l’euphorie dangereuse qui règne dans le pays à quelques jours de l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem.

La « plus vaste attaque israélienne contre la Syrie depuis 1974» selon Damas

Damas et le Hezbollah confirment ce jeudi matin les tirs de dizaines de roquettes contre le Golan et des dizaines de raids israéliens contre des bases militaires en Syrie.

Des sources militaires de l’armée syrienne et du Hezbollah libanais ont indiqué que des salves de roquettes ont été tirées contre une dizaine de bases militaires israéliennes dans le Golan occupé. Il s’agit essentiellement de stations-radar, de centres de commandement et d’installations de surveillance électronique.

Les sources syrienne et du Hezbollah ont aussi confirmé le tir par Israël de plusieurs dizaines de missiles contre des camps militaires, des bases de radars et des batteries antiaériennes dans plusieurs régions de Syrie. Les médias proches de Damas et du parti pro-iranien qualifient cette opération de «plus vaste attaque israélienne contre la Syrie depuis 1974».

Selon ces sources, la défense antiaérienne syrienne a abattu un grand nombre de missiles avant qu’ils n’atteignent leur cible au-dessus de Damas, Quneitra, au sud de la capitale, de la province méridionale de Soueida, et Homs, dans le centre du pays. Les sources militaires affirment qu’une base de radar de l’armée syrienne a été touchée à Quneitra.

Des sources russes affirment pour leur part que 28 avions israéliens ont tiré, jeudi à l’aube, 60 missiles contre plusieurs cibles dans différentes régions de Syrie. La moitié de ces projectiles a été abattu par la DCA syrienne, selon les mêmes sources

Chronologie des événements (avec agences)

L'escalade a été rapide. Elle est intervenue en trois temps dans la nuit de mercredi à jeudi.

►D'abord, peu après minuit (heure de Damas) une vingtaine de projectiles et roquettes a été tirée en direction des forces israéliennes dans la partie du Golan occupé par Israël. L'armée israélienne attribue ces tirs aux forces iraniennes al-Qods en Syrie. Ces projectiles, dont certains ont été interceptés par les systèmes de défense antimissiles israéliens, n'ont pas fait de victimes. L'état-major israélien, qui se prépare à une éventuelle attaque d'ampleur, a déployé son Dôme de Fer - un système de batterie anti-aérienne - dans le nord du pays.

►Puis l'armée israélienne a aussitôt riposté. « Des missiles israéliens ont visé des positions du régime (syrien) et de ses alliés près de la ville de Baas dans le secteur de Kuneitra », situé sur la partie non occupée par Israël du Golan, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), selon lequel « aucune victime civile n'est à déplorer pour l'instant ». « Les forces aériennes israéliennes visent actuellement des cibles iraniennes en Syrie. Toute réplique syrienne rencontrera une réaction israélienne », a déclaré un porte-parole de l'armée. Israël a frappé des «dizaines» de cibles militaires iraniennes en Syrie, mais ne cherche pas « l'escalade » militaire précise un communiqué de l'armée.

►Par ailleurs, de fortes détonations ont été entendues à l'aube à Damas tandis que des avions survolaient massivement l'espace aérien, ont rapporté des témoins, l'AFP et des médias syriens. L'agence officielle Sana a affirmé que « plusieurs dizaines de missiles ont été abattus dans le ciel syrien par les systèmes anti-aériens ». Sans préciser toutefois si les missiles israéliens visaient la capitale syrienne. Le média du régime a ajouté que certains missiles israéliens ont touché des bases militaires ainsi qu'un dépôt d'armes et un radar militaire. La télévision syrienne a retransmis des images en direct à partir de Damas montrant des projectiles lumineux dans le ciel et plusieurs missiles détruits par les systèmes anti-aériens syriens.

Dans la soirée du mardi 8 mai, des frappes attribuées à Israël avaient déjà visé un dépôt d'armes des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime iranien, dans le secteur de Kiswé au sud de Damas, selon l'OSDH. La frappe nocturne près de Damas a tué 15 combattants pro-régime étrangers dont huit Iraniens, d'après la même source.

Israël se tenait prêt depuis des semaines à de possibles représailles iraniennes venues de Syrie, et attendues sous la forme probable de tirs de missiles. C'est la première fois depuis le début de la guerre en 2011 et de l'engagement iranien en Syrie qu'Israël impute de telles frappes à l'Iran. Israël qui reste officiellement en état de guerre avec la Syrie. Le régime de Bachar al-Assad est par ailleurs soutenu militairement par deux des bêtes noires d'Israël, l'Iran et le Hezbollah libanais.

RFI

Service Clientèle

Publicité

Facebook