kabirou 800x445Kabirou Mbodje, PDG de la plateforme de services financiers Wari, premier acquéreur parle de la réussite de son entreprise. Dans un entretien exclusif, l’entrepreneur sénégalais retrace les péripéties de sa société. Avec une grande humilité, le PDG ne s’est pas désolé de l’attitude des autorités sénégalaises, encore défaillantes dans la protection, la promotion et l’accompagnement à l’export des champions nationaux.

Comme PDG exemplaire, Karibou Mbodje, le très grand entrepreneur explique qu’il avait au départ l’objectif de créer quelque chose qui lui serait propre. Ainsi, ayant remarqué la désorganisation du secteur économique, Karibou a voulu réorganiser l’activité économique au Sénégal et en Afrique. Ce qui permettrait à tout le monde de pouvoir bénéficier des mêmes types d’échanges et être sur un même marché.

Il souligne par ailleurs que le transfert d’argent était auparavant un système occidental avec des paiements déplacés. Etant donné que 80% des envois d’argent dans le monde servait à payer un service.

C’est ainsi qu’il a lancé Wari et a eu une très grande réussite avec l’adhésion des populations sénégalaises. Il se félicite d’ailleurs de l’efficacité de son service qui ne cesse de convaincre les usagers. « Beaucoup plus simple, sécurisé, rapide et moins cher que les anciens systèmes archaïques, Wari facilite trop la tâche aux sénégalais. En effet, grâce au service wari, on pouvait faire en 30 secondes une transaction qu’on mettait des heures à réaliser », dit-il.

A lui d’ajouter « On a apporté un dispositif clé en main sur un plateau digital. Et cela c’est vraiment l’économie de demain, c’est la vision de Wari.»

Dépassant des millions de transactions par jour dans tous les pays où Wari se trouve avec en termes d’emplois, plus de 300 personnes. Ces derniers sont embauchés au Sénégal comme à l’extérieur pour faire fonctionner cette plateforme dans le monde entier.

En plus des emplois indirects qui dépassent les 18 mille au Sénégal, Karibou Mbodje gêne désormais beaucoup d’investisseurs faisant de la concurrence déloyale dans le seul but de lui barrer la route. « On utilise des méthodes déloyales dont les dumpings de système et des campagnes de dénigrement en activant des gens à qui j’ai gracieusement cédé des parts dans l’actionnariat. Ces employés ont eu des attitudes pas de nature à créer la bonne entente dans la société et ont été remerciés. Ils sont maintenant utilisés par d’autres en disant qu’ils sont co-fondateurs. Donc, il faudrait que ces gens, déboutés par la justice, apportent les titres de propriété puisqu’ils disent qu’ils ont souscrit au capital. Ils sont utilisés par des gens dont le souci est de détruire Wari.»

Seulement, comme bon travailleur, le PDG ne se laisse pas faire, il continue en fait, d’œuvrer pour la bonne marche et la réussite de son entreprise et n’écarte pas une vision d’avenir dans l’intérêt de son pays.

Service Clientèle

Publicité

GVC

Facebook