macidettSENTV.info : Le projet de loi de finances initiale pour l'année 2020 est fin prêt. Adopté en Conseil des ministres mercredi dernier, il ouvre l'ère du budget-programme et de la déconcentration de l'ordonnancement. Dans quelques jours, il sera soumis à l'assemblée. Mais, en attendant, Seneweb vous dévoile, en exclusivité, les chiffres clés de ce premier budget du second mandat du Président Macky Sall.

Une hausse de 143 milliards

Le Plfi 2020 a été arrêté à 4215,15 milliards de FCFA, contre 4 071,77 milliards de francs Cfa pour la Lfi 2019. Soit une augmentation de 143,38 milliards de francs Cfa. Il a été bâti sur une prévision de croissance d'environ 6,8% et un déficit budgétaire maintenu à 3,0%.

Les ressources internes sont attendues à 2862 milliards de francs Cfa. Elles haussent de 3.8%, soutenues par des recettes fiscales. Celles-ci sont prévues à 2 675 milliards. Soit un bond de 241 milliards de Cfa par rapport à 2019. Les ressources externes sont estimées à 1217,2 milliards, en hausse de  45,17 milliards.

Le service de la dette croît

Le service de la dette ne dépérit pas. Il est attendu à 871 milliards de francs Cfa en 2020. Il connaîtra une hausse de 7,83 milliards de francs Cfa  par rapport à la Lfi 2019. Mais, les services du ministère des Finances signalent qu'il reste soutenable et conforme à la stratégie de gestion de la dette à moyen et long terme.

La masse salariale gonfle encore…

La masse salariale poursuivra son gonflement en 2020. Elle est programmée à 817,7 milliards de francs Cfa, soit de hausse de 74.3 milliards de francs Cfa par rapport à 2019. Une croissance imputée au programme de recrutement des agents de l'État 2019-2021, au paiement des  rappels et mises en solde des enseignants etc.

Le fonctionnement en hausse

Pour 2020, les dépenses de fonctionnement hors personnel sont estimées à 947,9 milliards de francs Cfa. Soit une hausse de 5.7% par rapport à 2019 imputée aux subventions faites au secteur de l'énergie (107,9 milliards), aux établissements publics universitaires et centres des œuvres (100,6 milliards) à la Cmu (22 milliards), à la location de bâtiments administratifs (15,8 milliards) etc.

Investissements : poste le plus important

Les investissements occupent le poste le plus important, avec 1443 milliards de francs Cfa. Les dépenses en capitale sous ressources internes croitront à 681 milliards de FCFA et celles sur ressources externes vont connaître une baisse de 29,26 milliards Francs Cfa par rapport à la LFI 2019. Mais, comparée à la première loi de finance rectificative de 2019, elle est en hausse de 121 milliards.

Avec SENEWEB

Service Clientèle

Publicité

Facebook