ASSABLEE NALe vote du projet de loi portant révision constitutionnelle risque de se dérouler dans la violence. En effet, cinq organisations de la société civile ont appelé à un rassemblement, ce samedi 4 mai, devant l’Assemblée nationale pour dire non à ce texte de loi qui, selon elles, « révèle de jour en jour les dangers et pièges immenses pour la démocratie et la paix dans notre pays ».

La Cellule Orientation et Stratégie (C.O.S/M23), One Million March, Forces Démocratiques du Sénégal, Vision Citoyenne et FRAPP France Dégage, qui «dénoncent énergiquement le projet de révisions constitutionnelles du président Macky Sall», considèrent que le texte «est moralement indigne, politiquement indigeste et démocratiquement indigent».

À travers une déclaration commune transmise à la presse, ces organisations révèlent avoir déposé, depuis le 29 avril 2019, une lettre informant le préfet de Dakar de la manifestation qu’elles comptent organiser le samedi 04 mai 2019, devant l’Assemblée nationale, à partir de 09 heures.

«Aujourd’hui, jeudi 02 mai, la police du Plateau a procédé à l’enquête de routine. Nous attendons l’arrêté préfectoral», ont écrit ces membres de la société civile. Qui, dans ce même document, appellent «tous les démocrates, tous les progressistes, tous les dignes fils et filles du Sénégal à se mobiliser devant l’Assemblée nationale, mais aussi partout ailleurs au Sénégal et dans la diaspora pour dire Non».

Non sans préciser que «cette manifestation est organisée pour dire au Président Macky Sall ainsi qu’à tous ceux qui aspirent à servir le peuple sénégalais (conseillers municipaux, députés, président de la République…) que nous ne pouvons plus accepter que des candidats ne disent pas ce qu’ils vont faire pendant leur campagne électorale et ne fassent pas ce qu’ils ont dit une fois élus».

Service Clientèle

Publicité

Facebook