mamadou lamin dialloSENTV.info : Depuis l’annonce du report des élections locales, les réactions ne cessent de se multiplier. Et Mamadou Lamine Diallo n’est pas en reste. Dans sa Questekki de ce mardi, il dénonce une violation flagrante de la Constitution du Sénégal. «La Constitution est claire en son article 102, les collectivités territoriales s’administrent librement  par des assemblées élues au suffrage universel. En clair, des assemblées désignées par décret ou par la loi ne peuvent pas administrer les collectivités territoriales, communes et départements. La cause est entendue».

Il estime ainsi que «l’Assemblée nationale, annexe du palais de Macky Sall, ne peut pas violer la constitution en prolongeant le mandat des élus locaux. C’est clair, net et précis».

A cet effet, le président du mouvement «Tekki» alerte sur ces violations répétées qui peuvent être la porte ouverte à toutes les dérives. «Le Sénégal ne peut pas être dans une situation de violation continue de la Constitution et de la loi. Il ouvre la voie aux trafiquants de toutes sortes. On le sait, la mafia de la drogue et les terroristes cherchent à s’implanter dans les Etats fragiles. Je le répète, l’Afrique est faible à cause de son capital social, c’est le plus important des quatre types de capitaux. En deçà d’un certain seuil d’un niveau de capital social, l’Etat devient fragile comme en Guinée Bissau voisine», alerte-t-il.

Pour lui, «seule la gouvernance démocratique permet aux Etats africains de s’en sortir». Or, ajoute-t-il, «Macky Sall n’aime pas la gouvernance démocratique. Il a déchiré la charte de gouvernance démocratique des Assises nationales et supplié son Conseil constitutionnel de légaliser son wax waxeet de 2016 pour avancer vers la Présidence à vie comme au Congo. Macky Sall aime bien Sassou Nguessou. C’est le seul avec Barrow de Gambie à l’avoir soutenu quand il a voulu humilier le professeur Bathily candidat à la présidence de la Commission de  l’Union africaine».

Actusen.sn

 

Service Clientèle

Publicité

Facebook