CRSD TOrienter les religieux sur le carnet de santé, tout en validant leur guide d’orientation sur ce support, tel a été l’objectif de la rencontre organisée les 27 et 28 décembre à Thiès, par le Cadre des Religieux pour la Santé et le Développement (Crsd). Au cours de cette activité, l’importance du carnet de santé pour les femmes et leurs enfants a été bien élucidée par les religieux et les autres acteurs de la santé, avec des recommandations précises et avérées pour le bien-être social de la famille.

Madame t 3Dans le but de promouvoir la planification familiale auprès des femmes habitant les zones reculées du Sénégal, le CRSD a pris les attaches d’une sage-femme d’Etat, Mme Rokhaya Thiam afin de mieux porter la sensibilisation sur les objectifs, les causes et conséquences, mais aussi les méthodes à utiliser. Une tournée réussie, selon Mme Thiam, qui a parcouru les régions visitées telles que Tambacounda, Matam, Bakel, Kaolack et Diourbel (Touba) où les femmes ont porté une attention particulière aux techniques de PF avant de les adopter. SENTV.info l’a rencontrée et s’est entretenue avec elle.

carne santeLe carnet de santé est un moyen d’identification de la cible qui permet une traçabilité des évènements marquants de l’avant-conception jusqu’à l’adolescence. Pour en assurer la promotion, la Direction de la Santé de la Reproduction pour la Santé de l’Enfant (Dsrse), logée au Ministère de la Santé, a élaboré avec l’appui de ses partenaires, ce support de communication. Et à l’heure actuelle, pour en assurer la promotion, les religieux à la tête desquels figure Mr Saliou Mbacké, président du Cadre Religieux pour la santé et le développement (Crsd)www.crsdsenegal.org , partenaire stratégique, sont invités à en assurer la promotion.

crsd dL’espacement des naissances, c’est le thème de la rencontre des cadres des religieux pour la santé et le développement (CRSD), tenu le 08 septembre 2016 à Mbacké dans la région de Diourbel. Selon le constat au Sénégal les taux de mortalité infanto-juvénile et maternelle sont trop élevés. 75 pour 1000 enfants de moins de 5 ans et 392 femmes décèdent pour 100.000 naissances vivantes par an au Sénégal.

Service Clientèle

Service Commercial

Publicité

Facebook