AUDIANCE SALLEC’est le deuxième jour des interrogatoires, au procès des 30 présumés terroristes, à la Chambre criminelle de Dakar. Attraits à la barre hier, Coumba Niang, épouse de Mactar Diokhané et Ibrahima Diallo alias Abou Oumar ont nié avoir tout rapport avec les djihadistes.

Ils ont servi une nouvelle version des faits qui n’a pas manqué d’étonner le juge qui leur a rappelé leurs déclarations préliminaires. Coumba Niang a raconté les péripéties de son arrestation et l’importante somme d’argent que son mari lui a confiée. A propos des documents qui seraient en liaison avec le djihadisme trouvés chez elle, elle dit méconnaître le contenu. Elle a déclaré avoir ignoré tout ce qui est en rapport avec des informations relatives à son époux, Mactar Diokhané qui était basé au Niger. De même que la somme d’argent que ce dernier mettait à sa disposition. «De 2012 à 2014, je vivais à Thiaroye avec mon mari avant qu’on ne déménage à Gadaye. Et puis, mon mari Mactar Diokhané s’est rendu en Mauritanie pour rallier le Niger. Je ne l’ai pas suivi. Il m’avait dit qu’il partait au Niger pour récupérer ses amis détenus pour une affaire de faux billets. C’est par un appel en provenance du Niger que j’ai appris son arrestation. Car j’ai reconnu l’indicatif de ce pays. A l’époque, Ibrahima Ndiaye alias Abou Oumar m’a appelé en me demandant des nouvelles de Mactar. Je lui ai fait comprendre qu’il a été détenu au Niger», dit-elle. Avant d’ajouter : «Il m’avait confié une importante somme d’argent avant son départ. Un jour, alors qu’il était au Niger, il m’a informée de vouloir construire une maison. J’ai donné de l’argent à Alioune Badara Sall dit Imam Sall et 500 mille à Aboubakry Gueye».

Toujours dans son refus catégorique de comploter avec son mari dans le cadre du terrorisme et de son financement, Coumba Niang reconnait avoir été à Kaolack pour rencontrer une certaine Rama demeurant chez imam Ndao. «Après, l’arrestation de Matar Diokhané, je suis partie voir Rama Bâ qui était à Kaolack pour me soigner. On m’a présentée l’imam Ndao en lui disant que je suis la femme de Matar Diokhané qui était son disciple. Il avait appris que ce dernier a été arrêté. Par la suite, J’ai constaté que l’on me surveillait. C’est pourquoi j’ai déménagé chez ma famille», a-t-elle révélé. Pour ce qui est d’Ibrahima Diallo, le quatrième accusé à comparaître, il n’a pas répondu à l’attente du juge. Cependant, il reconnait avoir des relations avec Imam Ndao, mais pas dans le but de mener des actes terroristes, comme le stipule l’ordonnance de renvoi du doyen des juges. «Imam Ndao a su que j’étais au Nigéria. Parce qu’à mon retour, je suis parti le voir. Matar Diokhané m’avait envoyé chez lui pour lui remettre un livre. J’ai confiance à l’imam, c’est pourquoi je lui ai confié les 8 millions», avoue-t-il. Ce natif de Grand-Yoff nie avoir la volonté de se rendre au Nigéria pour prêter allégeance à Daesh.

 

Salif KA

Service Clientèle

Publicité

Facebook