pape diabaBienvenue « Fat bum » Eudoxie !
Bienvenue « Barbie » Diaba Sora !
Bienvenue à vous deux dans le pays des paradoxes. Dans aucun pays normal où les habitants sont intéressés par la recherche de "solutions" pour les problèmes qui se posent à eux, on n'aurait l'idée de vous accueillir en grande pompe, drapeau national à la main.

« Daal leen ak jam » chez nous où les rondeurs des femmes nous font baver. Notre intelligence est bien confinée maintenant dans notre caleçon. Peut-être que même à l'accueil certains étaient en érection rien qu'à vous voir. Ils ont fini, de toutes les deux, vous déshabiller et vous mettre dans leur lit. Ils ont fini, de toutes les deux vous violer mais peut être que vous aimez ça aussi.
Toutes les deux vous venez encore une fois de rabaisser vos semblables femmes au niveau de simple objet de désir et de fantasme.
Vous serez invitées par des pervers qui achèteront vos contacts à prix d’or pour ensuite vous proposer à coup de millions une partie de jambes en l'air. Même s'ils savent qu'ils ne pourront même pas tenir cinq (5) secondes à vos côtés, ils tenteront le coup.
Sachez seulement qu'à côté de tous ces gens qui vous idéalisent, il y'a chez nous des millions de femmes qui sont adulées et respectées pour leur niveau intellectuel, pour les valeurs de "fula", "jom" et "kersa" qu'elles incarnent. Elles sont nombreuses celles-là qui sont de vrais leaders dans leur domaine et qui ne mettent jamais en avant leur physique.
Maintenant, celui qui vous a invité vient de récolter le palme de la personne ayant eu le culot de vous faire fouler le sol de Bamba, Maodo et Limamou. J'espère que vous ne participerez pas à le souiller plus qu'il ne l'est déjà.
Certes vous ne ferez pas pire que ce que nous sénégalais et sénégalaises osons faire. Nous faisons tout avec un grand T. Nous forniquons, mentons, « dealons », violons, volons…Nous sommes friands de femmes d'autrui et de charlatanisme. Nous dépensons beaucoup d'argent pour voir notre compatriote ne pas avancer et c'est ce qui mobilise toute notre énergie. Chez nous on visite les cimetières la nuit ; On viole de petites filles et on égorge maintenant nos femmes et nos parents.
Tout cela se passe chez nous et on s'offusque de ne pas voir la pluie tomber. « Yabaaté ci bopam lagnou def » !
Au demeurant, j'espère que l'organisateur aura l'ingénieuse idée de vous mettre dans un bus avec une cage tout en verre pour vous faire faire le tour de la capitale. C'est bien ce pourquoi vous êtes là non ? Nous montrer votre derrière !
Vous nous faites honte plus que l’exposition du postérieur de Saartjie Baartman, de son vrai nom Sawtche. Je suis sûr que vous que vous ne la connaissez pas cette histoire sinon vous n’auriez jamais accepté que Pape « Caesar » Diouf vous importe de vos pays respectifs pour venir vous exposer comme de la marchandise chez nous.
Sawtche est une femme khoïsan réduite en esclavage et exhibée en Europe pour son large postérieur, où elle était connue sous le surnom de « Vénus hottentote ».
Débarquée à Londres en septembre 1810, Sawtche y devient un phénomène de foire. Dans une salle louée de Piccadilly Street par son exploiteur Caesar, elle est exposée dans une cage, sur une estrade surélevée de quelques mètres, d'où elle sort pour faire admirer son anatomie, endurant l'humiliation sous le regard, les quolibets et le toucher de spectateurs encanaillés. C'est à cette occasion qu'est inventé son surnom moqueur mais aguicheur de « Vénus hottentote » tandis que les londoniens ridiculisent celle qu'ils appellent « fat bum » (gros cul).
En France, elle devient un objet sexuel (« belles soirées » privées de l'aristocratie puis prostitution) et tombe dans l'alcoolisme.
En mars 1815, le professeur de zoologie Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, demande à pouvoir examiner « les caractères distinctifs de cette race curieuse ». Son rapport « la prodigieuse taille de ses fesses » avec celle des femelles des singes maimon et mandrill à l'occasion de leur menstruation.
J’espère que vous deux seraient bien exposées et que les curieux vous tapoteront vos derrières jusqu’à vous y donner des fessées.
Vous faites honte à toute l’Afrique !
Souleymane Ly
Spécialiste en communication
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Service Clientèle

Publicité

GVC

Facebook