SarrAbdourahmaneSENTV.info- Un plan quel qu’il soit doit d’abord être présenté aux sénégalais avant de rechercher son financement, sinon nous renforçons la culture d’irresponsabilité propre des sénégalais dans leur propre développement.

Le problème de l’Afrique et du Sénégal est une culture de plan de développement avec des projets à présenter à des bailleurs comme le ferait un individu ou une entreprise puisque nous n’avons pas les moyens de nos politiques. Le Sénégal n’est pas une entreprise ou un individu et n’a en réalité plus de gap de financement (déficit non finançable sur le marché intérieur ou extérieur aux conditions du marché). La crédibilité du Sénégal permet de financer son déficit budgétaire (y compris pour participer à des PPP viables), en partie sur le marché régional (en FCFA), chez les bailleurs bilatéraux et multilatéraux (s’ils veulent), ou sur les marchés internationaux si le taux de croissance précède par le secteur privé. Cette croissance ne doit pas être le résultat d’un endettement qui en réalité va financer au bout du compte la demande dans le secteur des services comme dans la phase une du PSE. Les réalisations physiques ainsi financées ne sont que la contrepartie de l’endettement sans contribuer à une croissance durable.
De ce point de vue, ce qui importe c’est le niveau d’endettement limite que nous nous fixons, de même que le déficit budgétaire pour avoir une croissance fiscalement soutenable. Le reste relève du secteur privé et du capital étranger et sous leadership d’états (Chine etc…). A 3% du PIB de déficit budgétaire à financer sur 2019-2023, le Sénégal n’a pas de gap de financement non finançable par le marché, ce qui rend un groupe consultatif en réalité inutile. C’est comme les 10 milliards que les marchés financiers ont proposé quand nous demandions 2 milliards d’eurobonds. Nous n’avons pas pris les 10 milliards d’offres parce que nous n’en avions pas besoin et ça ne correspondait pas à une stratégie d’endettement responsable et soutenable et à notre cible de déficit budgétaire et à ce que nous recherchions. La déclaration du FMI au groupe consultatif est à méditer de ce point de vue car dans son langage diplomatique habituel, il a un fort contenu en messages.
Le gap que le Sénégal s’impose et qu’il demande aux bailleurs est du fait de ses propres préférences de financement (dettes concessionnelles et dons) et de dépenses publiques au-delà de ses capacités dans la logique d’une entreprise qui finance des projets de développement. C’est cette approche socialiste du développement dans le contexte d’une monnaie trop forte qui fait que tout argent injecté se retrouve en importations avec comme résultat que nous demeurons le 25ieme pays le plus pauvre du monde.
L’alternative à ce que nous faisons depuis 60 ans, c’est d’avoir un plan de dépenses à moyen terme pour financer l’éducation, la santé, les infrastructures de base et d’appui au secteur privé dans un budget et une stratégie d’endettement soutenables et financés par les sénégalais eux-mêmes. Les capitaux étrangers et du marché viendraient en compléments et principalement en monnaie nationale. Il faut donc attirer les investisseurs dans le marché sous régional et faire les réformes nécessaires pour permettre au secteur privé sénégalais aussi faible qu’il soit de prendre son destin en main. C’est ça la rupture et la dignité. La déclaration de la représentante de l’Allemagne au groupe consultatif est à méditer de ce point de vue. Elle nous a appelé à faire confiance à notre secteur privé national avant de compter sur les investisseurs allemands car ce secteur privé national, aussi petit qu’il soit, fait 98% de nos entreprises. Il faut donc faire les réformes nécessaires pour mener ce secteur privé vers sa formalisation car il est notre seul avenir.
Librement
Dr. Abdourahmane SARR
Président CEFDEL/MRLD
Moom Sa Bopp Mënël Sa Bopp

Service Clientèle

Publicité

Facebook