IMG 20190203 WA0019SENTV.info-Texte lu et commenté dans sa version originale en arabe par son auteur Cheikh Tahirou Doucouré, Professeur de Sciences Islamiques, dans la Zâwiya mère de Fez en présence de Chérif Zoubîr At-Tijânî et de quelques parents et disciples le 4 janvier 2019.

Avant-propos
« Ô mon Seigneur, accroît ma connaissance ». ( Sourate Tâ-Hâ, verset 114 ).
L’objectif de ce document est de faire apparaître un parallélisme entre Mouḥammad (PSL), cas principal, dans le cadre de sa mission de Messager et Ahmad At-Tijânî (satisfaction d’Allah sur lui), cas subsidiaire, dans sa fonction de Pôle.
Dans le texte qui suit, je mets en évidence une relation entre le cas principal et le cas subsidiaire, comme prescrit par le raisonnement par analogie qui repose sur quatre piliers:
• le cas principal,
• le cas subsidiaire,
• la loi du cas principal,
• et la raison d’être.
La transposition du cas subsidiaire au cas principal n’est possible que s’ils sont similaires.
Prenons à titre d’exemple le vin comme cas principal. Sa consommation est interdite dans le Coran (Sourate Al Mâ’ida verset 90). La raison d’être de l’interdiction est que sa consommation conduit à l’ivresse. Les boissons enivrantes, comme cas subsidiaire, même si elles ne sont pas mentionnées dans le Coran, sont assimilées au vin en vertu de cela.

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux.  

La naissance de Mouḥammad

Mouḥammad (PSL) est né en 570 AD. Ce chiffre se décompose sur le plan mystique en :

Alîmou (Le) Très Savant 150

Karîmou (Le) Tout Généreux 270

Aliyyou (Le) Sublime 110

Wadoûdou (Le) Bien-Aimé 20

Hâdî (Le) Guide 20

Total = 570

Son grand-père `Abd Al Mouṭṭalib fut heureux quand il reçut l’annonce de sa naissance. Lors de sa visite à sa mère Âmina, celle-ci lui dit : « Ô père de Ḥâriṯ, un enfant étonnant est né ». Son grand-père demanda : « N’est-il pas un homme normal ? ». Elle répondit : « Si, mais il est tombé prosterné, puis a relevé sa tête ». Son grand-père fut fier de cela et déclara : « Je lui donne le prénom de Mouḥammad. Et j’espère que tous les peuples de la terre le loueront ».

La mission de Mouḥammad

Sa mère décéda quand il avait six ans, selon la version la plus sûre, ensuite son grand-père quand il avait huit ans. Son éducation revint à son oncle Aboû Ṭâlib. Il prit soin de lui avec beaucoup d’attention. Il l’assista de la plus belle des manières, et ce, jusqu’à l’avènement de la révélation en l’an 610 AD. Ce chiffre se décompose sur le plan mystique en :

Matînou (Le) Très Ferme 500

 Aliyyou (Le) Sublime 110 

Total = 610

Son Seigneur lui révéla : « Et avertis les membres de ta tribu qui te sont les plus proches ». (Sourate Ach-Chou`arâ verset 214).
Nous voyons que l’avertissement est limité dans un premier temps à sa famille. Quand il les rassembla et leur dit ce qui lui était venu en termes de révélation, son oncle Aboû Lahab se leva et lui dit : « Puisses-tu périr ! Est-ce pour cela que tu nous a réunis ?». La réponse cinglante vint par voie de révélation :

« 1 - Que périssent les deux mains d’Aboû Lahab ! »

2 - Sa fortune ne lui a servi à rien pas plus que ce qu’il a acquis.

3 - Il pénétrera dans un feu aux flammes (incandescentes),

4 - et son épouse, la porteuse de bois,

5 - portera à son cou une corde tressée ». (Sourate Al Masad verset 1 - 5).

Par la suite son Seigneur lui ordonna en généralisant : « Expose donc clairement ce qui t’est ordonné et détourne-toi des associateurs. Certes, Nous t’avons défendu vis-à-vis des railleurs ». (Sourate Al Ḥijr verset 94-95).

Quand il eût fini, les premiers parmi ceux qui crurent en son message furent son épouse Khadîja, `Alî Ibn Abî Ṭâlib et Aboû Bakr Ibn Abî Qaḥâfa.

Parmi ses adversaires figuraient en premier `Ouqba Ibn Abî Mou`îṭ, An-Naḍr Ibn Al Ḥâriṯ et Aboû Jahl.

Quand survint la conversion à l’Islam de Ḥamza Ibn `Abd Al Mouṭṭalib, `Oumar Ibn Al Khaṭṭâb, Sa`d Ibn Abî Waqâṣ, Sa`îd Ibn Zaid et de leurs compagnons, les Qouraychites prirent peur de l’expansion de cette nouvelle religion. Ils envoyèrent auprès du Prophète (PSL) `Outba Ibn Rabî`a, qui à l’époque était leur chef. Quand il arriva, il dit : « Ô fils de mon frère ! Tu es parmi nous, à la place que tu sais. Or tu as apporté à ton peuple une chose grave par laquelle tu as divisé ses rangs, critiqué ses croyances, raillé ses divinités et excommunié ses ancêtres. Si, à travers ce que tu prêches, tu cherches à obtenir des richesses, nous collecterons sur nos biens de quoi y satisfaire. Le Messager d’Allah (PSL) lui répondit en récitant :
« 1. Hâ Mîm. 2. Cette révélation provient du Tout Miséricordieux, du Très Miséricordieux. 3. C’est un Livre dont les versets ont été détaillés en un Coran arabe à l’intention d’un peuple (enclin) au savoir ». (Sourate Fouṣṣilat verset 1 - 3), puis ajouta : « Et entre Ses autres signes il y a la nuit et le jour, le soleil et la lune ; ne vous prosternez pas devant le soleil ni devant la lune mais prosternez-vous devant Allah qui les a créés si c’est bien Lui que vous adorez ». (Sourate Fouṣṣilat verset 37).

Quand `Outba Ibn Rabî`a entendit ce que le Prophète (PSL) a récité, le sol trembla sous ses pieds. Il retourna auprès des dignitaires Qouraychites et leur dit : « Je viens d’entendre des paroles que je n’ai jamais entendues auparavant, et par Allah, elles ne sont ni de la poésie ni de la magie. Ô gens de Qouraych, faites ce que je vous dis. Laissez cette homme prêcher ce qu’il prêche ». Ils lui répondirent : « Ô Aboû Al Walîd, il t’a ensorcelé ». Ensuite ils allèrent voir Aboû Ṭâlib pour qu’il négocie avec le Prophète (PSL) mais ne réussirent pas. Alors, ils se donnèrent le mot de persécuter les musulmans, ce qui ne fit alors qu’augmenter leur foi.

Après la mort de son oncle Aboû Ṭâlib et de son épouse Khadîja, le Prophète (PSL) alla à Ṭâ’if où il avait des parents maternels dans l’espoir d’obtenir d’eux du soutien
pour accomplir sa mission, mais ils rejetèrent sa demande avec méchanceté. Il invoqua alors Allah en ces termes : « Mon Dieu, c’est à Toi que je me plains de ma faible force, de mon manque de moyens et du mépris que les gens me montrent ! Si, cependant, Tu n’es pas en colère contre moi, tout ce qui m’arrive m’est égal… »

Son Seigneur le gratifia par le voyage nocturne (Al Isrâ ), l’ascension ( Al Mi`raj ) et instaura les cinq prières quotidiennes, alors qu’auparavant les gens effectuaient une prière de deux cycles le matin et le soir à l’instar du Prophète Abraham l’Ami de Dieu (PSL).

Quand la coupe fut pleine, les Qouraychites se réunirent à la place du conseil de délibération (Dâr An-Nadwa). Ils se mirent d’accord de former un groupe pour l’éliminer. Allah en informa le Prophète ( PSL). Il sortit indemne de sa maison après avoir fait l’invocation suivante : « Nous avons placé devant et derrière eux un obstacle et Nous les avons enveloppés d’un voile si bien qu’ils ne voient rien ». Sourate Yâ Sîn verset 9.

Il quitta ensuite la Mecque en invoquant son Seigneur en ces termes : « Mon Dieu, Tu sais que j’ai été contraint de quitter le lieu que j’aime le plus. Etablis-moi en un lieu que Tu aimes le plus ».

Par la suite son Seigneur lui révéla à l’intention des Mecquois : « Si vous lui refusez votre secours, (sachez que) Allah l’a déjà secouru… » (Sourate At- Tawba verset 40).

Quand il arriva à Médine et fut accueilli par les musulmans, la déception envahit les polythéistes de la Mecque et ils se mirent à les provoquer.

Le jour de la bataille de Badr, `Outba Ibn Rabî`a, son frère, son fils, Amit Ibn Khalaf, Aboû Jahl, `Ouqba Ibn Abî Mou`îṭ, An-Naḍr Ibn Al Ḥâriṯ ainsi que plusieurs combattants parmi les Qouraychites furent tués. À cette occasion, Allah assista les musulmans par les anges, mettant fin au courant du polythéisme et de la tyrannie.

Le jour de la bataille d’Ouḥoud les musulmans prirent le dessus lors de la première confrontation et tuèrent tous les porteurs de l’étendard polythéiste. Ensuite certains archers désobéirent aux ordres du Prophète (PSL) en abandonnant leurs positions, affaiblissant de ce fait le dispositif mis en place. Ḥamza Ibn `Abd Al Mouṭṭalib, Mous`ab Ibn `Oumayr, Sa`d Ibn Ar-Rabî`a ainsi qu’un nombre de suiveurs du Prophète (PSL) furent tués.

Lors de l’affrontement du fossé (siège de Médine par les coalisés), les musulmans retrouvèrent leur lucidité. Aboû Soufyân fut vaincu ainsi que ses coalisés après qu’un vent glacial leur fut envoyé.

Ensuite le Prophète (PLS) se dirigea vers les juifs de Banoû Qourayẓa et Banoû Naḍir réfugiés dans leurs forteresses pour éviter la mort après leur trahison. En effet, ils s’étaient engagés à soutenir les musulmans contre les polythéistes. Ils furent assiégés avant de sortir de leurs forteresses et de se constituer prisonniers. Ils furent jugés et les hommes furent décapités.

« Allah a repoussé les mécréants en proie à leur colère sans qu’ils aient obtenu le moindre avantage, épargnant ainsi le combat aux croyants. Et Allah est Fort et Puissant. Et Il a fait descendre de leurs forteresses les gens du Livre qui avaient soutenu les coalisés et Il a jeté l’effroi dans leurs coeurs… » (Sourate Al Aḥzâb verset 25 - 26).

Quand le Prophète (PSL) retourna à Médine, Dieu lui montra en rêve qu’il entrait dans la Ka`ba avec ses compagnons en toute sérénité. Il décida de faire la `oumra avec ses compagnons, mais les Qouraychites les empêchèrent de s’approcher de la Mecque. À la suite de cela, il conclut avec ces derniers un traité à Al Ḥudaybiyya incluant une trêve de dix ans.

Par la suite, il ordonna aux musulmans une expédition contre les juifs de Khaybar qui avaient survécu à la bataille du fossé. Ils voulaient venger leurs pères qui avaient été décapités. Quand les deux troupes se rencontrèrent, les juifs furent défaits et tous leurs héros furent tués, y compris Marḥab par `Alî Ibn Abî Ṭâlib.

Lorsqu’une année fut passée après le traité d’Al Ḥudaybiyya, le Prophète (PSL) sortit avec les musulmans qui avaient été empêchés de faire la `oumra afin de l’accomplir comme convenu dans le traité. Son Seigneur révéla alors « Allah a confirmé la véracité de la vision de son Envoyé : vous pénétrerez dans la Mosquée sacrée, si Allah le veut, en toute quiétude après vous être rasés et sans craindre (personne). Il savait ce que vous ignoriez et vous a accordé au préalable une victoire proche ». (Sourate Al Fatḥ verset 27).

À la suite de cela, les Mecquois violèrent les clauses du traité avec les musulmans en assistant leurs alliés de Banoû Bakr contre les alliées des musulmans de Banoû Khoudhâ`a. En apprenant cela, le Prophète (PSL) se prépara avec ses compagnons pour aller libérer la Mecque.
Le Prophète (PSL) déclara : « Il n’y a de divinité qu’Allah, sans associé. Il a confirmé sa promesse, donné la victoire à Son serviteur et a vaincu Seul les troupes coalisées ». Puis il nettoya la Ka`ba et détruisit les idoles. « La Vérité est venue et l’erreur s’est dissipée ». (Sourate Al Isrâ verset 81).
Quand le Prophète (PSL) apprit qu’il y avait des tribus à Ḥounayn qui se préparaient à attaquer les musulmans, sous le commandement de Mâlik Ibn `Awf, et qui souhaitaient le tuer et mettre un terme à la nouvelle religion, il se dirigea vers eux. Les musulmans furent surpris dans une embuscade tendue par les polythéistes à laquelle ils ne s’attendaient pas et certains d’entre eux prirent la fuite.

Ensuite Allah descendit Sa Sérénité (Sakîna) sur son Messager (PSL) et sur les croyants qui finirent par avoir la victoire.

Quelques temps après son retour à Médine, il se prépara pour une expédition sur Taboûk. Il sortit avec un grand nombre de ses compagnons et ils furent victorieux.

Lorsqu’il fut revenu à Médine, il ordonna de détruire la mosquée de la discorde (référence à la Sourate At-Tawba versets 107-108).

Quelques temps après, `Abdoullah Ibn Oubayyi, chef des hypocrites, décéda.

Son compagnon dans la grotte, Aboû Bakr, fut récompensé par son envoi à la tête des musulmans pour accomplir le premier pèlerinage après la libération de la Mecque.

Lors du pèlerinage d’adieu, Allah révéla : « En ce jour, J’ai parachevé pour vous votre religion, J’ai parfait pour vous Ma grâce et Je vous ai agréé l’Islam comme religion ». (Sourate Al Mâ’ida verset 3).

Le décès de Mouḥammad

Le Prophète (PSL) décéda en 632 AD. Ce chiffre se décompose sur le plan mystique en :

Kabîrou (L’)Infiniment Grand 232

Karîmou (Le) Tout Généreux 270

Aliyyou (Le) Sublime  110

Hâdî (Le) Guide 20

Total = 632

Le Prophète (PSL) a dit :

« Le plus aimé des hommes auprès d’Allah le jour de la Résurrection et qui sera le plus proche de Lui dans l’assemblée sera un imam juste. Le plus détesté des hommes auprès d’Allah le jour de la Résurrection et qui sera le plus éloigné de Lui dans l’assemblée sera un imam injuste ». (Hadith rapporté par Tirmidhî).
« L’homme fort n’est pas celui qui est fort en lutte mais celui qui se maîtrise sous l’emprise de la colère ». (Hadith faisant l’objet d’un consensus).

« La religion c’est la sincérité ». Quand nous demandâmes « Envers qui ? », il répondit « Envers Allah, son Livre, son Envoyé, les chefs de file et le commun des musulmans ». (Hadith rapporté par Mouslim).

Nous venons d’accompagner Mouḥammad (PSL) qui est le cas principal dans ses trois étapes : sa naissance, sa mission et son décès.

Faisons le même parcours avec Aḥmad At-Tijânî (satisfaction d’Allah sur lui) en tant que cas subsidiaire.

Tous les livres qui ont été publiés à son sujet mettent en évidence son intelligence, sa vivacité d’esprit ainsi que sa supériorité dans l’ensemble des sciences islamiques. Dans ce qui suit, nous nous contenterons uniquement de parler des trois étapes de sa vie.

La naissance de Aḥmad At-Tijânî

Il est né à `Ain Mâḍî en 1150 AH. Ce chiffre se décompose sur le plan mystique en :

Allahou Allah 66 

Wahhâbou (Le) Donateur Gracieux 14

Hâdî (Le) Guide 20

Mouqîtou (Le) Gardien 550

Matînou (Le) Très Ferme 500

Total = 1150

Le cheminement spirituel de Ahmad At-Tijânî

L’imam Ghazâlî (que Dieu lui accorde sa miséricorde) a dit que chaque fois que les enjeux de ce que l’on recherche sont importants, le chemin est difficile, le parcours est long et est parsemé d’embûches.

Quant à Ahmad At-Tijânî (satisfaction d’Allah sur lui), Allah a facilité son cheminement jusqu’à l’atteinte de l’objectif qu’il s’était fixé.

Lorsqu’il quitta sa ville natale, il composa le vers suivant :

« Atteindrai-je mon objectif à terme ou vais-je décéder sans y parvenir, avec mon chagrin ? ».


La « Voix divine » lui répondit : « N’aie pas peur, c’est toi qui auras le dessus ». (Sourate Tâ Hâ verset 68).

Mouḥammad Ibn Ḥassan Al Wanjabî, un saint homme, lui dit le jour où il le rencontra à Jabal Dhabîb ( la colline des figuiers) et après avoir eu la confirmation qu’il allait avoir une grande destinée : « Tu atteindras, dans le soufisme, le rang de Châdhilî ». Il lui remit ensuite la clef du dépouillement.

Aḥmad Aṭ-Ṭawâch lui dit le jour de leur rencontre « Attache-toi à la retraite spirituelle, à la solitude, à l’invocation de Dieu et patiente jusqu’à ce que Dieu te donne l’ouverture spirituelle. Tu auras un rang élevé ». Il lui remit ensuite la clef de la confiance.

Quand il arriva au mausolée d’un saint homme du nom de `Abdoul Qâdir Mouḥammad Ibnoul Abyaḍou, il y séjourna cinq années pour se parfaire sur le plan spirituel. Il lui remit mystiquement la clef de la soumission.

Un hasard providentiel fit que quand il arriva à Tlemcen il rencontra un des fils de cette ville, Sidi Ṭâhar Boû Ṭaybata. Après l’avènement de la Tarîqa, ce dernier occupa une place importante auprès de lui.

Quand il arriva au Caire sur son chemin vers la Mecque pour effectuer le pèlerinage avec son compagnon Sidi Ṭâhar Boû Ṭaybata, il rencontra Aṭ-Ṭawdou Ach-Châmikhou (la montagne élevée), Maḥmoudou Al Kourdiyyou qui lui demanda quel était son but. Il lui répondit « atteindre le rang de Pôle Suprême ». Il lui dit :

« Tu auras plus que cela ».

Une fois à la Mecque, il effectua le pèlerinage et la `oumra avec son compagnon Sidi Ṭâhar Boû Ṭaybata. Il y entretint des correspondances secrètes avec un saint homme du nom d’Aḥmad Ibn `Abdoullahi Al Hindî. Ensuite ce dernier lui remit la clef de l’application.

Il se rendit ensuite à Médine (La Ville Illuminée), où il fut reçu par le Pôle `Abdoul Karîm As-Samman qui lui annonça que le jour qu’il attendait était proche. Après la visite de la Rawḍa du Prophète (PSL), il retourna au Caire où Maḥmoudou Al Kourdiyyou lui donna l’autorisation du wird khalwatiyya et lui dit « Initie les hommes. Je m’en porte garant ».

Il retourna à Tlemcen avec les quatre clefs. Par la suite il fit une visite exploratoire à Fez, avant de revenir à Tlemcen. C’est lors de ce voyage qu’il fit la connaissance de `Aliyyou Ḥarâzim à Oujda.

Il alla ensuite à Aboû Samghoûn. C’est dans ce village que le Prophète (PSL) lui apparut. C’est ainsi qu’est née la Tarîqa Tijâniyya en 1196 AH. Ce chiffre se décompose sur le plan mystique en :

Allahou Allah 66

Wahhâbou (Le) Donateur Gracieux 14

Mouqîtou (Le) Gardien 550

Matînou (Le) Très Ferme 500

Wakîlou (Le) Gérant 66

Total = 1196

Le rappel à Dieu de Ahmad At-Tijânî

Il fut rappelé à Dieu en 1230 AH. Ce chiffre se décompose sur le plan mystique en :

Allahou Allah 66

Wahhâbou (Le) Donateur Gracieux 14

Hâdî (Le) Guide 20

Bâ`itou (Celui) qui ressuscite 573

Matînou (Le) Très Ferme 500

Majîdou (Le) Très Glorieux 57

Total = 1230

Parmi ses enseignements figurent les suivants :

« L’objectif de celui qui chemine sur la voie doit être Dieu le Vrai. La pureté de son intention réside dans l’effacement de toute altérité, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus ni «où», ni « comment », ni « relation », ni « conjecture », ni « description », ni « connexion », ni « détachement », et qu’il n’y ait plus que Lui ».

« Le soufisme c’est la conformité aux commandements de Dieu, le délaissement des interdits divins, ouvertement et en secret, comme cela Le satisfait et non pas comme cela te satisfait ».
« L’équité divine repose sur le fait qu’Il a donné à toute chose, à partir de Lui- même, ce qu’Il lui avait destiné dans Sa science prééternelle ».

Propos sur les litanies de la Tarîqa

Le Wird connu que le Prophète (PSL) a arrangé pour lui est basé sur le chiffre essentiel 100. Ce chiffre se décompose sur le plan mystique en :

Allahou Allah 66

Wahhâbou (Le) Donateur Gracieux 14

Hâdî (Le) Guide 20

Total = 100

Quant à la Waẓîfa, le Cheikh (satisfaction d’Allah sur lui) y a introduit une modification mentionnée dans une lettre relatée dans le livre Jawâhiroul Ma`ânî. Il a réduit le nombre de récitations de la demande de pardon, de la prière sur le Prophète et de la proclamation de l’Unicité (Lâ ilâha illâl Lâhou) mais est resté silencieux en ce qui concerne la Jawharatoul Kamâl, qui en est la quintessence.

Ceux qui ont ajouté une récitation de la Jawharatoul Kamâl dans la Waẓîfa sont excusés car cela relève d’un accord implicite. Le Cheikh (satisfaction d’Allah sur lui) ne l’a ni autorisé ni interdit de manière formelle, comme indiqué par l’auteur du Boughyatoul Moustafîd dans son livre.

Quant à ceux qui ont dit que cette augmentation a abrogé le nombre de récitations d’origine, il serait préférable pour eux de se repentir. Car la base sur laquelle le Cheikh (satisfaction d’Allah sur lui) a fondé la Tarîqa et l’a appliqué ne saurait être modifiée après lui.

« Jawharatoul Kamâl » est composé en arabe de 11 lettres. Ce chiffre correspond à Huwa (Lui ; Hâ = 5 et Wâw = 6) . La valeur numérique globale de ces onze lettres est de 341, chiffre qui se décompose sur le plan mystique en :

Badî`ou (Le) Novateur 86

Moujîbou (Celui) qui Exauce 55

Aliyyou (Le) Sublime  110

Malikou (Le) Souverain 90

Total = 341

Le Wird principal qui est le Wird connu trouve sa source dans la Fonction de Divinité ( Ouloûhiyya ) qui renvoie au chiffre pair 66 (valeur numérique de Allahou) tandis que la Jawharatoul Kamâl trouve sa source dans l’Ipséité divine ( Houwwiyya ) qui renvoie au chiffre impair 11 (valeur numérique de Huwa).

Qu’Allah soit satisfait de toi, Ô Pôle des pôles.

Cheikh Hammallah (qu’Allah sanctifie son secret) a puisé à ces deux sources. Son appel a été fidèle à ce qu’il a reçu de ses devanciers Cheikh Sidi Mouḥammad Al Akhḍar et Cheikh Ṭâhar Boû Ṭaybata de Tlemcen (qu’Allah soit satisfait d’eux). Il n’a rien ajouté ni retranché.

Dans une ville saine, sa végétation n’y pousse que par l’autorisation de son Seigneur.
La louange appartient à Allah le Seigneur de l’Univers.

Cheikh Tahirou Doucoure Professeur de Sciences Islamiques, Villa 16 B- Zone B Tel : 338252606 Faxe: 338243149 Dakar- Sénégal

Service Clientèle

Publicité

Facebook